Leçon de kitesurf… finalement !

Leçon de kitesurf… finalement !

Leçon de kitesurf… finalement !

Cela fait désormais quelques jours que je suis là, et je sens bien que je ne vais pas pouvoir fuir ma responsabilité de sportive plus longtemps ! Le travail psychologique de mes copains et l’esprit de persuasion de Raynald ont fini par anéantir mes fausses excuses. Timidement, je prends rendez-vous pour un cours de kitesurf espérant passer inaperçue, alors que tout le monde applaudit ma sage décision. La veille, je me passe des films en boucle dans la tête, héroïne emmêlée dans ses fils et perdue en mer, ressassant mes reflexes de windsurfeuse, essayant la méditation transcendantale pour me calmer, buvant plus que de nature quand le soleil se couche. Rien n’y fait, et comme dit le proverbe (que je maudis à cet instant présent) «quand faut y aller, faut y aller» !

Je vous résume donc en quelques mots les jours qui suivirent, vous épargnant les étapes de gestion du stress pour me concentrer sur le découpage évolutif de ces journées qui allaient faire de moi, contre toute attente, une rideuse séduite par une expérience vraiment différente et plutôt facile au final, non je ne crâne pas… Accompagné de Raynald et Francis, les moniteurs qui en ont vu d’autres en matière de débutants, je dédramatise rapidement, une fois sur la plage, concentrée à aligner consciencieusement mes lignes, apprenant à lever mon aile à la verticale, à comprendre ses mouvements, soutenue physiquement par l’un de mes deux mentors pour me faire prendre conscience du maniement et de la prise au vent. Studieuse, j’évolue ainsi sur le sable les deux premiers jours avant d’oser avancer vers l’eau, harnachée dès le troisième, où je tente des virements et des ajustements de trajectoire, en me faisant tracter à moitié immergée dans l’eau, peu élégamment je l’avoue ! Je ne serai digne de chausser ma planche que le 3ème jour ! Ce que je m’empresse de faire, pour m’élever enfin au dessus des flots, après quelques départs infructueux. Impossible de décrire le sentiment qui m’anime alors, entre la joie et la fierté, toute seule comme une grande sur le littoral de la plus cultissime plage de Kitesurf du Brésil et peut être du monde !

Que vous dire de ma mise à l’eau les deux jours suivants ? Conditions parfaites comme toujours ici (entre 20 et 30 nœuds quand même), des miles à naviguer sans obstacle, sans personne à l’horizon juste une poignée de kites, le long de la plage que je remonte ensuite à pied pour mieux repartir. Une sécurité renforcée grâce au casque que je porte, avec radio intégrée d’où m’arrivent les instructions de mon moniteur, un lycra moulé qui me protège des impacts, une voile parfaite, une planche idéale, un clapot qui me laisse apercevoir les sauts que je ferai, bientôt, quand je maitriserai encore mieux. Le bonheur intégral et surtout un amusement rapide auprès duquel les longues galères de mes débuts en windsurf font figure de pénitence. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ? Evidement tout le monde m’accueille avec des « alors, tu vois ? » oui oui les gars je vois, j’ai compris, je signe, je reviendrai à Préa, et comme vous je riderai des jours et des jours, mais pour l’instant laissez-moi boire un petit cocktail de fruits frais au bar de PREABEACH VILLAS, pour me remettre de mes émotions !

 

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*